Tout s'avale

Tout s’avale. C’est de Mezz Mezzrow, Mezz qui pourtant ne fit jamais cul sec avec son anche et son embout. Tout s’avale, c’est le cri de guerre du déréglé délicat dont Hubert Michel a enfilé la paranoïa pour ciseler l’ouvrage du même nom. Tout s’avale, du café matinal à la liqueur séminale, au boulot ou au bord de la piscine de l’hôtel La Fortezza de Mondello. Tout. Un chaloupé non-euclidien qui, tout avalé, arrive à tout faire passer.

Détails du livre

Commentaires

Il n'y pas encore de commentaire pour ce livre.

Vous aimerez aussi