La Machine à écrire

On admirera Bruno Tessarech d'avoir écrit, à 47 ans, son premier roman (une sotie, plutôt) pour parvenir à cette conclusion désabusée, et d'avoir usé, avec une prometteuse perversité, d'une prose sobre, efficace, impersonnelle, une prose de nègre, en somme, qu'il a su mettre, pour une fois et notre bonheur, à son service.

Book details

Reviews

No reviews have been written for this book.

You will also like